Historique de la BNL
Page d'accueil  >  Historique de la BNL  >  Histoire d'une institution
Histoire d'une institution
2012
1920
  • 1919
    Le vicomte Philippe de Tarrazi (1865 – 1956), bibliophile et historien de la presse arabe
    » La suite
  • 1921
    Son logement ne pouvant plus contenir une collection en continuelle croissance
    » La suite
  • 1922
    Le 25 juillet 1922, l'inauguration officielle de la Grande Bibliothèque de Beyrouth
    » La suite
  • 1924
    La loi sur le dépôt légal (arrêté no 2385 signé par le Général Weygand le 17 janvier 1924)
    » La suite
  • 1935
    Est fixé par décret le statut administratif de la Bibliothèque Nationale
    » La suite
  • 1937
    La BNL emménage avec ses 32 mille documents dans son nouveau local
    » La suite
  • 1939
    De Tarrazi démissionne du poste de directeur de la Bibliothèque Nationale
    » La suite
  • 1940-1975
    Les collections de la bibliothèque comptent environ 200 000 documents
    » La suite
  • 1975
    Les combats de la guerre qui vient de se déclencher touchent le centre ville
    » La suite
  • 1979
    Le gouvernement libanais décrète le gel des activités de la BNL.
    » La suite
  • 1983
    Afin de les mettre à l'abri, les livres et périodiques sont mis en caisse
    » La suite
  • 1993
    Le ministère de la Culture et de l'Enseignement supérieur est créé
    » La suite
  • 1994
    Une mission d'expertise de la Bibliothèque nationale de France
    » La suite
  • 1995
    La modification de la loi sur les imprimés confie le dépôt légal aux Archives Nationales.
    » La suite
  • 1999
    Suite à un nouveau rapport d'expertise de la BnF et de l'Union européenne
    » La suite
  • 2000
    En avril 2000, les livres et périodiques sont cette fois déménagés
    » La suite
  • 2001
    Un projet de loi cadre du ministère de la Culture instituant la Bibliothèque Nationale
    » La suite
  • 2002
    Un local, situé dans la zone franche du port de Beyrouth, est enfin affecté à l'atelier
    » La suite
  • 2003
    Le Projet de Réhabilitation de la Bibliothèque Nationale est lancé pour une durée de trois ans.
    » La suite
  • 2005
    En octobre 2005,l'Emir du Qatar, Cheikh Hamad bin Khalifa Al Thani
    » La suite
  • 2006
    Le Projet de Réhabilitation de la Bibliothèque Nationale du Liban prend fin en vertu de l'accord
    » La suite
  • 2007
    L'Etat libanais lance le Projet de Renaissance de la Bibliothèque Nationale
    » La suite
  • 2008
    Le 16 octobre 2008, la loi No 36 est promulguée et parait dans le journal officiel
    » La suite
  • 2010
    Au début de l'année, l'Etat du Qatar mandate l'agence d'architecture Erga Group
    » La suite

1919

Le vicomte Philippe de Tarrazi
Le vicomte Philippe de Tarrazi (1865 – 1956), bibliophile et historien de la presse arabe, crée une bibliothèque dans sa propre résidence à partir de sa collection personnelle. La collection comprend alors une vingtaine de milliers de documents imprimés et près de trois mille manuscrits en plusieurs langues.

1921

Troisième de couverture d'un ouvrage de la Grande Bibliothèque de Beyrouth
Son logement ne pouvant plus contenir une collection en continuelle croissance, de Tarrazi transfère alors, à l'école des « Diaconesses Prussiennes », ce qui constituera le noyau de la future Bibliothèque Nationale. Il nomme l'institution « La Grande Bibliothèque de Beyrouth » (GBB) et choisit huit intellectuels pour l'assister.

Dès lors, de Tarrazi lutte pour obtenir la reconnaissance par les autorités libanaises de cette nouvelle institution. Le 8 décembre 1921, il finit par avoir gain de cause lorsque l'Etat libanais l'érige au rang de Bibliothèque Nationale. Enfin devenue institution étatique, elle est rattachée à la direction générale de l'Education.

1922

Ecole des Diaconesses prussiennes
Le 25 juillet 1922, l'inauguration officielle de la Grande Bibliothèque de Beyrouth a lieu dans son local des « Diaconesses » au centre ville de Beyrouth, sous la présidence du Haut Commissaire français, le Général Gouraud, et en présence de personnalités libanaises et françaises ainsi que des notables et intellectuels du pays. De Tarrazi est alors nommé secrétaire général puis conservateur de cette nouvelle institution. Il occupera ce poste jusqu'en 1939.

1922-1928 : De Tarrazi entreprend plusieurs voyages en Europe puis en Egypte pour acquérir de nouveaux ouvrages et récolter des dons. Un réseau de relations avec les intellectuels et les bibliophiles de la région est tissé.
Durant son absence, la négligence des employés provoque une désorganisation au sein de la bibliothèque. De retour de voyage, de Tarrazi retrouve une institution plongée dans le chaos, ce qui l'oblige à recruter une nouvelle équipe qui réorganisera le travail.

1924

La loi sur le dépôt légal (arrêté no 2385 signé par le Général Weygand le 17 janvier 1924) est instaurée.

1935

Est fixé par décret le statut administratif de la Bibliothèque Nationale qui devient un service rattaché au ministère de l'Education nationale.

1937

Nouveau local de la BNL au Parlement
La BNL emménage avec ses 32 mille documents dans son nouveau local, construit par l'ingénieur Mardiros Altounian, dans le bâtiment du Parlement situé Place de l'Etoile à Beyrouth. L'inauguration officielle a lieu le 7 juin 1937 en présence du président de la République, Emile Eddé, et une foule de personnalités. Une équipe de huit personnes, détachée du ministère de l'Education nationale, y travaille. La bibliothèque demeurera dans ce local jusqu'au début de la guerre en 1975.

1939

Coupures de presse de ce temps-là
De Tarrazi démissionne du poste de directeur de la Bibliothèque Nationale le 25 novembre 1939.

A partir de cette date, plusieurs bibliothécaires lui succèdent, dont Youssef Assad Dagher, Abdel Latif Charara, Hector Khlat, Khalil Takeyeddine, Noureddine Beyhum et Ibrahim Mouawad. Au cours de cette période, une équipe de trente cinq personnes travaille à la Bibliothèque et veille à son bon fonctionnement.

1940 - 1975

Salle de lecture où l'on peut voir les toiles accrochées au mur
Les collections de la bibliothèque comptent environ 200 000 documents, imprimés ou manuscrits, ainsi qu'une importante collection d'archives (documents administratifs et historiques laissés par les Turcs en 1918 ; documents et études de la mission Huvelin constituant les archives des premières années du mandat français). La Bibliothèque constitue alors une référence pour les universitaires, enseignants, fonctionnaires et pour les bibliothèques libanaises, essentiellement universitaires.
Un hall est entièrement consacré aux collections précieuses et aux vieux manuscrits dont le Shâh Nameh Al Ferdowsi. Aux murs, sont accrochés des portraits peints à l'huile représentant les piliers de la renaissance du XVIIème au XXème siècle.

L'enrichissement des collections s'est notamment fait grâce à de nombreux donateurs parmi lesquels on retrouve le premier président de la République après l'indépendance, Cheikh Béchara el-Khoury, des collectionneurs comme G. Yanni ou G. Safa ainsi que des familles de certains auteurs libanais, tel Habib Farès.

1975

Les locaux de la BNL abandonnés
Les combats de la guerre qui vient de se déclencher touchent le centre ville où se situe la Bibliothèque Nationale. Durant les années de guerre, celle-ci subira d'importants dégâts. Selon certaines sources, 1 200 manuscrits des plus précieux auraient disparu, et il ne restera aucune mémoire de l'organisation et des modes de fonctionnement de cette bibliothèque.

1979

Tas de livres dans les salles abandonnées de la BNL
Le gouvernement libanais décrète le gel des activités de la BNL. La collection historique est confiée à la Banque du Liban puis aux Archives Nationales. Elle comprend les manuscrits, les tableaux ainsi que la collection des premiers exemplaires de périodiques libanais de Philippe de Tarrazi.

1983

Livres abîmés à cause des mauvaises conditions de conservation
Afin de les mettre à l'abri, les livres et périodiques sont mis en caisse et transférés dans un dépôt à l'Unesco, qui subira à son tour les dommages de la guerre. Les conditions de stockage deviennent alors nuisibles à leur préservation (humidité et insectes).

1993

Le ministère de la Culture et de l'Enseignement supérieur est créé et a désormais autorité pour gérer la Bibliothèque Nationale.

1994

Les caisses de livres à Sin el Fil
Une mission d'expertise de la Bibliothèque nationale de France dresse un état des lieux et élabore un premier plan de travail. Un local provisoire est alors affecté à la BNL à Sin el Fil dans la banlieue Est de Beyrouth, et les caisses entreposées dans un dépôt plus sec.

1995

La modification de la loi sur les imprimés confie le dépôt légal aux Archives Nationales.

1999

Suite à un nouveau rapport d'expertise de la BnF et de l'Union européenne, le ministre libanais de la Culture déclare que le chantier de réhabilitation de la BNL est une des priorités de l'année 1999.

-Le décret no 29 du Conseil des ministres met à la disposition du ministère de la Culture le local de l'actuelle Faculté de droit de l'Université libanaise à Sanayeh, afin d'y installer les locaux définitifs de la Bibliothèque Nationale.

-Le ministère de la Culture signe avec l'Agence Internationale de l'ISBN (International Standard Book Number) un accord permettant au Liban d'adhérer au système international de numérotation du livre. L'ISBN, qui donne à chaque livre édité au Liban un numéro international et une identité mondiale, devient opérationnel en 2000.

2000

Décontamination en masse des documents infectés et endommagés
  • En avril 2000, les livres et périodiques sont cette fois déménagés dans les locaux de l'Université libanaise à Hadath. La désinfection globale de l'ensemble des collections a lieu sous la supervision du Centre International de Conservation du Livre d'Arles (France) dans le cadre du projet ManuMed (Manuscrits de la Méditerranée).
  • Le 27 mars 2000, La Fondation Libanaise de la Bibliothèque Nationale est créée par Avis 37 / AD.

2001

Un projet de loi cadre du ministère de la Culture instituant la Bibliothèque Nationale comme un établissement public et définissant clairement ses missions est adopté par le Conseil des ministres et transmis au parlement libanais pour vote.

2002

Les locaux provisoires de la BNL dans la zone franche du port de Beyrouth
Un local, situé dans la zone franche du port de Beyrouth, est enfin affecté à l'atelier de sauvetage des collections. L'atelier est aménagé et une équipe est constituée afin de procéder au nettoyage, au tri et à l'inventaire des collections.

2003

Le Projet de Réhabilitation de la Bibliothèque Nationale est lancé pour une durée de trois ans. Il a pour objectifs : le traitement physique et intellectuel des collections, la formation des ressources humaines, l'établissement de l'Institution de la BNL, la préparation du concours architectural.

Ce projet est financé par l'Union Européenne. Son budget est de 1 375 000 Euros dont 80% sont assurés par l'Union Européenne et les 20% restants par l'Etat libanais.

2005

Le bâtiment de Sanayeh
En octobre 2005, l'Emir du Qatar, Cheikh Hamad bin Khalifa Al Thani, annonce un don de 25 millions de dollars pour la restauration de l'ancien local à Sanayeh et la construction de nouveaux espaces nécessaires pour accueillir la Bibliothèque Nationale.

2006

Le Projet de Réhabilitation de la Bibliothèque Nationale du Liban prend fin en vertu de l'accord avec la délégation de la Commission européenne au Liban. Le programme architectural pour la construction du futur local de la BNL à Sanayeh est établi. Les missions, les fonctions et le projet d'organigramme de la Bibliothèque sont définis.

2007

L'Etat libanais lance le Projet de Renaissance de la Bibliothèque Nationale en continuation du Projet de Réhabilitation et se charge de son financement. Ses missions sont : le catalogage et l'indexation des collections de la BN, la restauration des vieux ouvrages, la recherche bibliographique en vue de développer les collections existantes, et la construction du site Internet du Projet.

2008

Le 16 octobre 2008, la loi No 36 est promulguée et parait dans le journal officiel JO43/20/10/2008. Elle organise les institutions publiques rattachées au ministère de la Culture (voir la version originale de la loi sur les institutions publiques en langue arabe).

En vertu de cette loi, la Bibliothèque Nationale devient un établissement public sous la tutelle du ministre de la Culture.

2010

Au début de l'année, l'Etat du Qatar mandate l'agence d'architecture Erga Group pour les travaux de construction du futur local de la BNL à Sanayeh en suivant essentiellement le programme architectural. L'inauguration officielle des travaux a lieu le 28 décembre 2010.
Sources
- (فيليب دي طرًازي. خزائن الكتب العربية في الخافقين،– منشورات وزارة التربية الوطنية والفنون الجميلة (مطابع جوزف صيقلي)

- أحمد طالب: "المكتبة الوطنية : النشأة، الواقع والمرتجى" في نشرة جمعية المكتبات اللبنانية، مج 7، ع1 (خريف 1998)، ص ص 27-36.

- Programme architectural de la Bibliothèque Nationale du Liban

- Stéphan-Hachem, Maud, « La bibliothèque nationale du Liban », BBF, 2005, n° 1, p. 48-53
http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2005-01-0048-012.

- Perrin, Georges, « Pour une renaissance de la Bibliothèque nationale du Liban », BBF, 1999, n° 6, p. 68-71
http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-1999-06-0068-009.

La bibliothèque Nationale du Liban: les anciennes références et les documents officiels des institutions étatiques libanaises ne font pas mention d'un nom officiel et unique à l'institution, jusqu'en 1959. Avant cette année, on rencontre plusieurs dénominations dans les différentes ressources, dont : La Bibliothèque (Dar al-kotob), La Bibliothèque Nationale (Dar al-kotob al-wataniyya), La Bibliothèque civique (Al-maktaba al-ahliyya), La Grande Bibliothèque (Dar al-kotob al-kubra), La Bibliothèque Libanaise (Dar al-kotob al-loubnaniyya). Le décret no 2869 du 16/12/1959 organisant le Ministère de l'Education Nationale, mentionne la Bibliothèque Nationale sous le nom de « Service de la Bibliothèque Nationale ». Quant au nom « La Bibliothèque Nationale », il a été officiellement mentionné dans la loi no 36 de 2008 relative aux institutions publiques rattachées au Ministère de la Culture.